Ent?te

Logo du LIFL

Depuis le 1er janvier 2015 le LIFL et le LAGIS forment le laboratoire CRIStAL

  1. News

Thesis of

Vincent Aranega

Monday 28 November 2011
Amphithéâtre de l'IRCICA

Traçabilité pour la mise au point de modèles et la correction de transformations

Directeur de Thèse : Jean-Luc Dekeyser, Professeur, Université Lille 1
Rapporteurs : Benoit Baudry, Chargé de recherche INRIA, IRISA Rennes
Eric Senn, Maître de Conférences HDR, Université de Bretagne Sud
Membres : Lionel Seinturier, Professeur, Université Lille 1
Frédéric Robert, Professeur, Université Nancy 1
Anne Etien, Maître de Conférences, Université Lille 1
 

L'ingénierie dirigée par les modèles (IDM) représente une approche aujourd'hui reconnue pour maîtriser la complexité croissante des architectures logicielles et matérielles. En effet, l'IDM permet, entre autre, de représenter ces architectures de façon abstraite puis, grâce à des transformations successives, de générer le code source correspondant. Dans cette optique, Gaspard a été conçu comme un environnement de co-design de systèmes embarqués reposant sur une chaîne de transformations permettant la génération automatique de code à partir d'un modèle MARTE. Dans le contexte de Gaspard et plus généralement, des chaînes de transformations proposant une génération automatique de code, l'exécution de ce code ne correspond pas toujours, en termes de performances ou de comportement, à celui attendu par le concepteur. Il est donc nécessaire de fournir au concepteur un environnement de correction et d'optimisation à haut niveau étroitement lié à l'exécution du code généré.

Dans cette thèse, nous fournissons une solution de correction et d'optimisation de modèles reposant sur un mécanisme de traçabilité et d'instrumentation du code généré, et ce indépendamment du langage de transformation utilisé. La solution que nous proposons permet au concepteur de spécifier sur les modèles de haut niveau les informations qu'il voudrait observer lors de l'exécution du code généré. Par la suite, les observations sont remontées au concepteur sur les modèles de haut niveau.

La correction et l'optimisation de l'application générée repose sur une hypothèse forte : la chaîne de transformations, qui a permis la génération, est jugée digne de confiance. Cependant, lors de la phase de développement de la chaîne, des fautes peuvent être introduites dans les transformations, générant ainsi des erreurs, parfois complexes, dans le code de l'application. Tester les transformations est donc nécessaire pour obtenir des chaînes de transformations dignes de confiance.

Dans cette thèse, nous avons aussi travaillé sur l'utilisation de notre mécanisme de trace comme aide à la localisation d'erreurs dans les transformations de modèles et les chaînes de transformations et à l'analyse de mutation adaptée aux transformations de modèles. Dans le contexte de la localisation d'erreurs, la trace permet d'affiner le champ de recherche du testeur et ainsi lui éviter d'avoir à chercher une faute dans toute la transformation ou toute la chaîne. Pour l'analyse de mutation, nous proposons une approche reposant sur notre mécanisme de trace et une abstraction des opérateurs de mutation pour assister les testeurs dans certaines des étapes de cette technique, encore manuelle.

Les travaux présentés dans cette thèse (sur la correction et l'optimisation de modèles et ceux sur le test de transformation) ont été implémentés dans l'environnement Gaspard. Notre mécanisme de trace étant indépendant de tout langage de transformations, ces travaux sont réutilisables pour d'autres chaînes de transformations.

Ours

UMR 8022 - Laboratoire d'Informatique Fondamentale de Lille - Copyright © 2012 Sophie TISON - Crédits & Mentions légales

Page respectant XHTML et CSS.

Pour tout commentaire / Comments and remarks : webmaster